Wikipedia:Wikinoveles

(Redjiblé di Wikinoveles)

Conzultåcion del redjon walone sol waibeCandjî

Bondjoû tertos,

Li Redjon walone orgånize ene conzultåcion sol waibe. Dj' a d'dja propôzé deus tchôzes, inte di zels onk so les lingaedjes di Walonreye. Vocial li loyén : https://www.mawallonie.be/posts/52561-encourager-les-langues-de-wallonie

N' tchictez nén a dner vost idêye.

P.S. : li forom "Berdelaedjes" est aroké enute.

Amiståvmint,

Èl-Gueuye-Noere

Foû des rays d' octôbeCandjî

veyåve ciddé

Novele sicoles a videyo so les viebes å pronoCandjî

les viebes å prono (I)

Novea live di scole e-n imådjesCandjî

Coistrece (da Joëlle Spierkel)

Sicoles videyos so 4 betchfessîs scrijhasCandjî

 Loukîz a : Scoles da Souzane (luçons 13 a 16)

Emission e walon å posse, rischoûtåve so les fisCandjî

So RCF, enondêye pa Bernard Van Vynckt

Novele waibe di tuzaedjes e walonCandjî

Vaici

Novele emission "Foû des raysCandjî

L' emission Foû des rays a rprins:

Li dierinne del såjhon 2019-2020:

Novele sitroete plake des crapådesCandjî

Les Crapådes rexhnut leu deujhinme sitroete plake «Gote d'êwe»; oficirmint, li 18 di setimbe.

Li prumî concert serè å Delta a Nameur li 1î d' octôbe.

Vos î estoz les bénvnous.

Racsegnes: info@lacrapaude.be

Novelès videyos sol tévé waloncåzanteCandjî

Ôtes videyos eberwetêyes e 2020

Fime "Le bout de la langue"Candjî

Li fime Li langue åd dibout del linwe a stî veyåve on tins sol waibe di l' RTBF]

ConferinceCandjî

Li 28 di fevrî, a Måtche, Matthieu Balthazard dinrè ene conferince sol walon d' après Måtche-el-Fåmene. Racsegnes

Foû des raysCandjî

Foû des rays (emission)

Teyåtes e walon djanvî 2020Candjî

semdi 25 di djanvî (8 e. al nute), dimegne 26 (2 e. et dmeye di l' après-nonne), vénrdi 31 (20 e.) et semdi prumî d' fevrî (todi a 8 eures al nute): deus comedeyes: l' etermint da mårene Blabla (J. Delahaut et Philippe Decraux) eyet «ene sogne di tos les diåles» redjarbé da Rey Conney. Racsegnes et ritnaedje des plaeces: 061 289 803 u 0478 597 968 u emiler a flobastin@skynet.be

Boune anêye ey ene petante santéCandjî

A tot les enocins, les ewaerés, les wasses, les barakîs, les måssîs, les bribeus, les grossès biesses, les crapuleus, les edjalés, les rastacweres, les laids djonnes, les dmey-cougnîs, les flairants, les Flaminds, les beas gaméns, les belès feyes et tos les ôtes vîs coyons, et totes les djins ki cåzèt ene miete walon, dji vos sohaite ene boune anêye, ene boune santé, et bråmint d' bouneur dins vos måjhones. Dj' espere bén n' aveur rovyî persoune. On gros betch a tertos di nosse pårt.

Viyès WikinovelesCandjî

  Egurniyaedjes:

Hårdêyes difoûtrinnesCandjî

Jules Tits (på Maujeni1)Candjî

On Gobtindjî Gobtindje lë prëmî d’awous’ 2020 Quë d’meure à Gobtindje 1370 Mélin-Djodogne Maujenî Quë scrît è wallon d’ssë Facebook maujeni@outlook.com

Maujeni,

Bondjoû, Come ë-n-a d’dja one fameûse tapéye qu’on n’ s’a pës vèyë, djë t’apwate sanquants novèles dë Gobtindje. Më, vî grëseleûs dë d’vant l’guêre, djë vén d’ fafî, èvou on maske, èvou onk dë tès vîs copins . Ël èstot dins s’ djardén, tot dësbautchî télemint qu’ë fiéve sètch ! Ë-n-avot ni grand tchôse dins sès canadas, dès nûléyes dë sprouwes avîn’ bètchi sès salades. Èlle avîn’ mougni totes sès cèréjes, Sès bëlokes èstîn’ plin.nes dë viêr’. Lë tiyou pièrdéve dëdja sès fouyes. Èt sès cabës, t’t-ossë bén lès vètes, quë lès blancs èt lès rodjes, leûs fouyes avîn’ tourné à rén ! Èt sès fleûrs, lë qu’ènn’-avot tant sogne, lë solia lès-avot tote rostë. Ë n’ dëmèréve pës qu’ lès fleûrs d’ôrtîyes. Ë brèyéve sès-ouys tot foû, tot r’waîtant sès plans quë crèvîn’ à l’ tchaleûr dè l’ solia ! Djë lî a dët, « Frote tès-ouys, së non, ë va co fé pës sètch ! » Të sés bén one novèle : Tintin èt Milou ont rabroké d’au Congo, vaicë à Gobtindje, avou totes leûs tchënëstrîyes, minme leû camèra. Èt leûs deûs valises, èstîn’ plin.ne dë p’tëtès bièsses qu’on noume : « lë colonia virus’ . Të t’ rinds compte : deûs vîs rus d’on côp. Ça va co yèsse on bia bordèl po vëker à Gobtindje. Ça va co fé grogneter lès cinsîs, minme së l’awous’ èstot achèvé po l’ 31 dë djëlèt’. Ë-n-a co quë vont fé one tièsse dë pourcia à tchèrète, valèt ! Ë-n-a ni dandji d’oyë dès-ouys dë Pitrin po lès comprinde ! Vola qu’on à baré nosse vôye. Comint vont-ë fé lès cinsîs po pwarter d’ l’aîwè à leûs bièsses dins lès pachës. Ë vont yèsse oblëdjî dë l’zeü pwârter d’ l’aîwe, à l’ mwin, èvou dès sayas. Tos l’ monde mèt s’-t-auto padvant s’-t- èch. Ë n’ lès rintërnèt minme ni dins leû garadje ou dins leû p’tët djardén pad’vant leû maujone. Ë parètrot qu’ c’èst po laiyî l’ vôye po lès-èfants djouwer. Mins poqwè laiyî lès-autos là d’abôrd, èle pëd’nèt tote le place : dè laudje, dè lon, dë d’trëviès. On-ârot p’lë rèflèchë one miète dëpës, sins dîre que l’arméye mèt à vinde lès vîs-èlicoptêres dë Bauvètchén ! » Tant qu’ c’èst po rîre, ça va co ! Ë-n-a on brût quë coûre : ë-n-a one djon.ne safrète quë va rëv’në à Mélin. D’abëtëde, èle pwate dès mini-cotes, mins là, èlle a dandjî d’on novia foûrau à fleûr. Èle cache après one saki po v’në prinde sès mèsères. Come djë sé qu’ t’ès pwârté d’ssë l’afêre, djë vous bén sâyi dë t’ rëcomander, ça s’ pout fé à tot momint minme dins sès mwais djoû. Mins tot ça pourot co tchandji : lë 19 d’awous’, c’èst l’ novèle lëne, lès fwatès plaives pourîn’ arëver, bouchî l’ chavia, èt lès Gobtindjîs co së r’trover nèyî dins lès brous. Quand të passerès co pa Mélin, n’ rovîye ni d’ passer pa Gobtindje, nos-îrans èchone adlé l’ vî drole, ël a co dès-afêres à t’raconter. È ratindant, pwate të bén èt mindje bon !

Èl Gobtindjî

Maujeni Lon Èri, lë sèt’ d’awous’ 2020 Pièrdë, a2 Lon Èri maujeni@outlook.com Monsieû Gobtindjî Gobtindje 100 nëmèrô 1370 Mélin

Monsieû,

Djë so tot fén bënauje dë r’çûre vosse lète. Djë m’ rafîye d’î rèsponde tot së rade. Vos p’loz bén dîre à vosse vî grëseleû dë d’vant l’ guêre, djë m’ va pëtôt dîre « nosse » vî grëseleû, peûsquë nos l’ conèchans bén tos lès deûs, quë dj’ nè l’ rovîye ni. Èt dè momint qu’on sèrè yëte dès grossès tchaleûrs, djë v’ promèt d’aler bèrdèler dëssë l’ dos dès djins d’asteûre èvou vos deûs. Ça nos rapèlerè nosse bon vî timps èt l’zi mostrer qu’ nos-avans todë yë nos-ouys drove fén laudje po d’ner on côp d’ mwins tot-autou d’ nos. Audjoûrdë, ça n’èst pës come ça, c’èst d’abôrd por më : djë vëke à m’ môde èt të, tëre të plan. C’èst l’ vèrëté ; quë fait sètch, cët-anéye cë. Më, djë m’ sovén qu’ nos avans yë dès anéyes dë plaîve èwou qu’ë faléve aler r’toûrner lès dîjas d’ frëmint së nos tères pacequ’ël èstîn’ fén frèches, tot crës d’ plaîve, èt qu’ lès grins djèrmîn’ së pîds. Tot ça po t’ dîre qu’ë faut prinde lë timps come ë vént, ça n’èst ni nos-ôtes què l’ va soyë tchandji ! Të m’ racontes co qu’ c’èst Tintin èt Milou quë nos-ont rapwârté l’ colonial virus : là, të m’è boûres one boune, in ! Pacequë l’ colonial vî rus’ ë coûrt pa d’lé nos-ôtes èto. Èt, cë n’èst ni tot chôpëchant tès-ouys quë tè l’ vas fé passer. Dès mëséres, on-n’ènn’-a todë yë. Èlle ont passé come èlle on v’në. Come lë grëpe quë r’vént chaque anéye èt qu’ nos vîs méd’céns d’ campagne, savîn sognî au mia po deûs mastokes, èvou dè vin rabolë, one miète dë laume, èt on vêre dë fèle gote. Au djoû d’audjoûrdë, t’aros on p’tët mau dëssë l’ bètchète dë t’ linwe, të troves tot d’sûte one dijin.nes dë « spécialësse » po t’ dîre n’impôrtë qwè èt s’ contraire… Djë vou bén wâdjî qu’ c’èst co seûr dès « spécialësses » èto, qu’on fait barer t’ vôye quë coûrt tot l’ lon dèl rë. Djë m’ demande todë bén, comint ç’ quë lès cinsîs vont d’vë fé po passer èvou leûs mwèssoneûses, zèls quë boutenèt po noste amindjî… Mins të vwès, dins ç’ vôye là, djë wadje, quë-n-a bén one dîjin.ne dë spécialësses por on cinsî qu’î d’meure co : c’èst ça qu’on noume lë dèmocracîye asteûre. Të m’ causes èto, d’one safrète quë va rëv’në à Gobtindje ? Djë n’ vwès ni quî qu’ c’èst. Quéquefîye bén one qu’on-a vèyë à l’ tèlèvësion po causer d’ Gobtindje l’ôte djoû ? Së tè l’ rèscontëre, të lî dirès dë m’ paurt qu’èle n’avot ni à-z-aler à Pîtrin ou à Wauve po causer d’ Gobtindje. Qu’èle n’avot qu’a roter à pîds dins tot l’ vëladje po fé l’ toûrnéyes dès tchapèles, d’ascauchî dins nos vôyes dë campagne quë passenèt pad’vant l’ Tëyou, pad’vant nos bèlès cinses qu’on-è cause dins tot l’ payës èt co pës lon. Tant qu’a prinde sès mèsères, djë so bén bënauje quë t’auye sondjî à më, mins… lë timps faît s’-t-ovradje èt mès-ostës ont prins leû pension èto… Nos ratindrans don l’ novèle lëne, mins djë pinse qu’ë-n-arè waire dë tchandjemint. Ë faut prinde lë timps come ë vént, të n’ sâros fén autrëmint… Djë glète dëdja d’ nos r’veûy onk dë cès djoûs, è ratindant, djë t’ dë : parèglëmint por twè, po t’ fème, po tès-èfants, tès p’tëts-èfants, pwâte të bén, èt djë pâyerè lès « spécialësses ». Maujeni


Vënoz tortos à Gobtindje !

Lë tchapèle Sinte Marîye-Madelin.ne Tayîye pa lès gros kës d’ këlote* dë Gobtindje !


Tot l’oneûr po l’ RTBF

  • Lès gros kës d’ këlotes, po lès djins quë nè l’ sav’nèt pës, c’èst lès tayeûs d’ pîre dë Gobtindje. Ël avîn’ dandji d’one laudje këlote po p’lë ténre lë pîre yinte leûs d’gnos.

Nos, lès skèpyîs, nés-natëfs dë Mélin, cinsîs, skèrpës ovrîs, vîs à l’ pincion, tën’nët à vos dîre come nos l’ pinsans : on fèl mèrcë po avë faît conèche nosse vëladje èt l’ fé vëker dins lès-ouys dès maus-dëscoch’tés. Fwärt dë nos spots, nos vourîn’ bén rèfwârci vos pôvès conèchances dëssë nos-abëtëdes da l’ campagne, quë vos nos v’loz mostrer èvou vosse tièsse è l’aîr come dès cochets quë passenèt l’aîwe sins rawaîtî l’ pârfond d’ nos djins Nos-avans conë l’èlèctrëcëté è 1938. Lès pavès d’ nos vôyes ont stî rarindjî è macadam dins lès anéyes 1980, po fé plaijë aus djins dè l’ vële qu’avîn’ ausse di noste airadje (sins flates èt sins bëgau), èt ça maugré l’volonté dès djins d’ nos-amias. Ë n’ vos faut ni acrwêre quë nos-ènn’avans aus fièsses quë v’ voloz mètes së pîds, èle në fëjenèt quë contënouwer ç’ quë nos-avans todë faît. Lë fièsses dë Gobtindje dëréve quénze djoûs, ë-n-avot d’dja one guénguète po danser devant quë l’ Marc drove së salle. Dès djës d’ vëladje, dès coûsses à vélo, sins rovîs lès match’ dë fotbal à Mélin, l’autocros’ èt lès tërs aus colons au Maujone dès Bwès. Nos-avans minme conë on Corso è 1975 èt dëspôy dëpës d’véngt ans lès Saûnis mètenèt d’ssë pîds leû fièsse au vén d’sètimbe, dè timps qu’ noste èquëpe vos priye à roter dins tot l’ vëladje dëvant d’ rataker l’ saîson d’ fotbal. Tant qu’a fé dè l’ rèclame : poqwè n’ ni causer dès djins qu’on r’mètë nos tchapèles à noû : dë leûs potches ? Quë sâyenèt d’ lès fé conèche èvou dès pormwinrnâdes à l’ gout dè l’ roteû. Tot ça po v’ dîre quë v’ n’èstos ni tot seû po-z-èmantchîs dès faloutes po n’ mostrer, qu’on djoû d’ssë l’anéye, dès bias djardéns à dès plaîjants tourësses, quë n’ rawaît’ront qu’ lë scwasse cénq mënëtes, sins sâyî d’ conèche lë keûr dès djins qui î vëkenèt. Sins oyë à d’vë courë à Pitrin ou à Wauve, rén qu’ po l’ vosse dë rèclame dë parvënë… Nos dëmandans qu’one miète dë rèspèt. Cë n’èst ni tos lès djoûs qu’on pout rinde à Césâr cë qu’èst da lë ! Adon, Mélin së r’troverot tot bënauje, avou totes sès bravès djins èchone, dins on bia p’tët vëladje, èwou qu’ë faît bon vëker, sins passer po dès bièsses. On côp, ça va, deûs : c’è-st-onk dë trop ! Mélin ègsëstéve avant vos èt ë vëk’rè cor après nos ! Lë crèyon d’ocasion.

Michel Meurée – Et qwè, lès waloneûs !Candjî

Et qwè, lès waloneûs ?


Et voilà. Ca recommence. De confinement à déconfinement et à reconfinement partiel, de distanciation physique à bulle sociale réduite comme peau de chagrin, nous nous retrouvons face à bien des incertitudes, bien des interrogations, bien des craintes.


Profitant de l’accalmie provisoire, beaucoup de représentants des professions liées ou victimes de la crise sanitaire ont émis de justes revendications. Certaines ont été, au moins partiellement, entendues.


On a même redécouvert la culture. Qui de passe-temps, de jeu, de loisir à peine avouable redevient une nécessité, voire une activité indispensable pour notre équilibre psychique. Bien sûr, quelques grosses pointures sont montées au créneau, ont poussé une gueulante, ont bousculé les certitudes des politiques. Pour les professionnels, la situation s’est un peu débloquée.


Mais que dire du secteur amateur ? Et en particulier, de celui des langues régionales ?


Rien. Pas un mot, pas une proposition, pas une trace d’ouverture. Il faut dire que l’on n’a guère entendu de revendications non plus.


Le patrimoine matériel wallon a bien été mis en évidence. Cela permettra sans doute à nos concitoyens de redécouvrir les richesses de leur région. On ne peut que s’en réjouir. Mais pour ce qui est du patrimoine immatériel, on laisse les gens se lamenter au bord du trottoir. Le folklore, les traditions, les Marches, les fêtes, les carnavals ? Vous n’y pensez pas ! Impossible à organiser. On reporte à l’année prochaine. Au mieux… Point final.


Et le wallon, le picard, le gaumais, nos dialectes, nos langues régionales, appelez-les comme vous voulez ? Ils sont en perdition. Une langue a certes besoin de l’écriture. Mais elle doit surtout être parlée, entendue, écoutée. Une année sans théâtre, sans table de conversation, sans cours, sans spectacle de chansons, sans concours de récitations, pratiquement sans messe, sans même de discussions de comptoir, c’est une année perdue. Et dans le cas de nos langues, c’est une année qu’on ne récupèrera jamais.


On aurait pu espérer un regain d’intérêt de la part des radios et télévisions. Dans les milieux officiels où l’on continue à prétendre que le wallon, c’est pour « les vieux », on n’a pas bougé. Et pourtant, « les vieux » étaient mochement confinés, isolés, parfois oubliés. Peine perdue !


Heureusement, des radios locales, fidèles à notre combat depuis longtemps, ont continué à produire leurs émissions. De petites équipes courageuses ont réussi à faire paraître leurs revues dans des conditions souvent difficiles. Quelques initiatives communales éparses ont ouvert des portes. En dehors de cela, rien. Nothing. Nada. Rén, qwè. L’indifférence…

Mais qu’avons-nous fait, nous les waloneûs, pour relancer la machine ? Nous les auteurs, les animateurs, les comédiens, les chansonniers, les responsables de cercles ou d’associations ? Et qu’ont fait les sociétés, conseils ou fédérations censés nous soutenir et nous défendre ?

Ne jetons pas la pierre. Agissons.

Ce n’est pas en faisant le gros dos, en laissant passer la crise dans l’espoir de retrouver les anciennes habitudes, que nous ferons avancer les choses. En prenant pour exemples les expériences positives qui ont déjà été menées çà et là, il est urgent de faire preuve de créativité et d’imagination. Etes-vous persuadés, par exemple, que nous pourrons encore assurer des représentations théâtrales dans des salles étroites, face à un public serré ? Nous devrons très probablement remettre en cause nos certitudes locales.


Mettons en commun nos idées, nos réflexions.


Et osons frapper fort : comme d’autres l’ont fait dans leur secteur d’activité, mettons ceux qui nous gouvernent ou nous représentent face à leurs responsabilités.


C’est d’un vrai plan de sauvetage que nos langues régionales ont besoin !




Michel Meurée,


auteur et metteur en scène, membre titulaire de la Société de langue et de littérature wallonnes .

[WA] /!\ Cisse messaedje a stî scrî på Michel Meurée, l' seu scrijheu d' cist ovraedje. Do côp, les abondroets eyet les ôtes speciås droets evintuwels lu ravicnut. Èç messaedje a stî eto eplaidî på "Èl-Gueuye-Noere" avou l' otorijhaedje dål oteur. /!\

[FR] /!\ Ce message a été écrit par Michel Meurée qui en est l'unique auteur. Par conséquent, les droits d'auteurs et les autres éventuels droits exclusifs lui reviennent. Ce message a également été publié par "Èl-Gueuye-Noere" avec l'accord de l'auteur. /!\